Qui suis-je ?

En savoir + sur moi

meJe m'appelle Frédérick Marchand et je suis né à Grenoble, aux pieds des Alpes...

Déjà depuis mon plus jeune âge, le monde asiatique exerce sur moi son attrait. La culture antique de la Chine, en particulier, a imprimé en moi une curiosité du monde selon une vision "taoïste", teintée de chamanisme et d’un esprit naturaliste : l’Homme est un produit de la Terre et du Ciel, et de ces lois universelles il ne peut s’y soustraire.
Doublé d’une volonté d’apporter le bien autour de moi, mon penchant inné m’a amené sur la voie de la compréhension des phénomènes naturels, de leurs illustrations et de de leurs emplois afin d’apporter bien-être et santé.

La phytothérapie a été ma première expérience avec une médecine traditionnelle, en appliquant pour ma propre personne ainsi qu’à mes proches, des recettes empiriques transmises à travers les âges de notre Occident riche en cette matière.
L’utilisation des "simples"(*) m’a permis de me soigner de façon identique, de comprendre la relation qu’a l’Homme avec son environnement direct, de l’intérêt qu’il a à conserver ces savoirs afin de continuer la transmission, et de prendre conscience que ce "bien" naturel est un trésor pour le monde.
Aujourd’hui, c'est grâce aux enseignements d l'école du CEDRE que je pratique cette ethnomédecine après trois années de formation, et aujourd'hui encore, j'étudie, je peaufine mes connaissances en Pharmacopée Chinoise (science documentée et utilisée depuis + de 2000 ans), afin de guider mes patients vers cette science.

Ma formation professionnelle originelle dans le secteur de l’art et du graphisme m’a permis de ne pas perdre cette connexion avec le monde tel que je me le représente. Rempli de sons, de couleurs et de formes, ce sont aujourd’hui ces mêmes critères qui nourrissent mon raisonnement au cours d’un diagnostic. En effet la théorie des "5 mouvements", propre à la Médecine Traditionnelle Chinoise, se construit et s’utilise sur l’observation, l’écoute attentive et le décryptage des signaux émis. Tel devant l’œil du peintre, le patient apparaît alors comme un tableau avec ses teintes, sa complexion, ses imperfections qui le rende unique (!) et une foule de détails (ou peu !) qui déterminent "sa nature" dans "son environnement".

Traiter un patient devient alors un exercice logique, après une enquête minutieuse, les principes de traitements se dessinent avec clarté, à l’aide d’un système outillé pour répondre à toutes sortes de troubles (aiguilles, moxas, emplâtres, massages, pharmacopée…). Et même si la Médecine Traditionnelle Chinoise ne prétend pas soigner toutes les maladies, elle a la faculté d’en aborder beaucoup, sur tous leurs aspects, de manière globale, car c’est bien le patient qu’il me faut soigner et non pas la maladie !


(*) Simples : nom donné au Moyen-Âge aux plantes médicinales.